!css

Une nouvelle solution de financement pour les ambitions du Japon en matière d'énergie solaire

05/01/2022

Un montage financier innovant pour la centrale solaire japonaise d'Azuma Kofuji pourrait servir de modèle pour les projets d'énergie renouvelable répondant aux besoins spécifiques du pays.

Canadian Solar a conclu un financement de 24,5 milliards de yens (185 millions d'euros) pour le projet de centrale solaire Azuma Kofuji de 100 mégawatts, qui compte parmi les plus grands projets solaires du pays et constitue le projet phare de Canadian Solar au Japon. L'opération exploite une approche de financement inventive pour faire avancer les ambitions du Japon en matière d'énergie propre et contribuer à la revitalisation de la préfecture de Fukushima, revigorant l'économie locale dans une région dévastée par le tremblement de terre de Tohoku en 2011.

Société Générale est récemment intervenue en tant que Mandated Lead Arranger (MLA) dans le financement du projet photovoltaïque Azuma Kofuji Solar de Canadian Solar.

Dans le plan énergétique du Japon actualisé en avril 2021, le gouvernement s'est engagé à réduire d’ici 2030 les émissions de gaz à effet de serre (GES) d'au moins 46 % par rapport aux niveaux de 2013. Les énergies renouvelables représenteront entre 36 % et 38 % de la production globale d'ici là.1 Sur cet objectif, la part du solaire devrait être de 15 %, tandis que l'éolien (principalement l'éolien en mer) représentera 6 %.

Les ambitions du Japon en matière d'énergie solaire représentent toutefois un défi dans un pays où l'utilisation des terres est limitée et où la géographie restreint les options disponibles pour les installations solaires. En outre, les sites solaires sont relativement complexes et nécessitent souvent des travaux de génie civil à forte intensité de capital. Le tarif de rachat (Feed-in Tariff ou FiT) du Japon, introduit en 2012, a permis de relever ces défis en garantissant un prix d'achat fixe pour l'énergie renouvelable. Il a stimulé le taux de croissance des énergies renouvelables non hydroélectriques, qui est passé de 9 % du TCAC entre 2009 et 2012 à 29 % entre 2012 et 2015.2 Une nouvelle prime de rachat (Feed-in-Premium ou FiP) devrait être introduite en 2022, ce qui incitera davantage les producteurs d'énergies renouvelables à vendre leur électricité au réseau.

Mettre en place le financement

Si les mécanismes FiT et FiP constituent un puissant facteur d'attraction pour l'installation de la production solaire, des solutions financières adaptées sont nécessaires pour soutenir la construction et la mise en service.

Fait inhabituel pour un actif électrique à long terme, cette opération est structurée sous la forme d'un financement « hard mini perm », une facilité à court terme dont l'échéance est fixée à un an après l'achèvement de la construction. Cette solution permet de rembourser la dette par un financement sur les marchés des capitaux une fois que la centrale est opérationnelle : lorsque le parc solaire sera achevé en 2023, il devrait être acquis par Canadian Solar Infrastructure Fund, qui recevra ensuite les revenus de son exploitation à un taux prévisible garanti par le FiT.

« Ce modèle de financement a un réel potentiel pour aider à accélérer la transition énergétique du Japon, en offrant des options de financement supplémentaires pour répondre aux défis spécifiques du pays et en permettant aux promoteurs de projets de bénéficier d'un plus large éventail de programmes de financement. Il s'agit d'un excellent exemple de la façon dont les institutions internationales et locales, ainsi que la dette commerciale et le financement institutionnel, peuvent faire la différence grâce à un financement innovant », a déclaré Cédric Chatel, Managing Director - Energy Finance & Advisory chez Société Générale.

Canadian Solar est l'un des plus grands développeurs d'énergie solaire au Japon, ayant soumissionné avec succès pour des projets à chaque enchère depuis le lancement du programme FiT en 2017. Il est également le sponsor de Canadian Solar Infrastructure Fund, coté en bourse à Tokyo, qui offre un accès à un financement efficace sur les marchés des capitaux pour les actifs d'infrastructure à long terme.

« Canadian Solar s'engage à collaborer avec toutes les parties prenantes pour faire avancer le Japon sur la voie des énergies renouvelables. L'obtention d'un financement adapté aux circonstances spécifiques du pays est essentielle pour permettre la phase de construction des projets solaires en tirant parti des programmes d'incitation stratégiques du gouvernement », a déclaré le Dr Shawn Qu, président-directeur général de Canadian Solar Inc.

La durée réduite et la structure favorable aux marchés de capitaux du financement d'Azuma Kofuji sont inhabituelles au Japon, mais constituent une caractéristique commune aux États-Unis, et s’appuient sur l'expérience mondiale de Canadian Solar et de Société Générale appliquée au marché local.

Il s'agit du premier financement de Société Générale pour un projet solaire japonais, après son entrée sur le marché japonais des énergies renouvelables en 2020 avec le financement du projet éolien offshore Akita de 140 MW de Marubeni Corporation.3 L'installation d'Azuma Kofuji sera l'un des plus grands projets solaires du pays à ce jour. Il sera essentiel pour le respect des engagements du pays en matière de transition énergétique et jouera un rôle important dans la reconstruction de la préfecture de Fukushima.

 

1 https://asia.nikkei.com/Business/Energy/Japan-aims-for-nearly-40-renewable-energy-by-fiscal-2030 
2 https://shulman-advisory.com/2020/06/19/fit-fip-and-the-future-of-renewables-in-japan/ 
https://wholesale.banking.societegenerale.com/en/insights/clients-successes/clients-successes-details/news/how-marubeni-using-sun-and-wind-power-asiaes-energy-transition/