!css

Les universités prennent de grandes mesures pour réduire leurs émissions de carbone

07/07/2021

Un récent accord signé pour une durée de 50 ans entre l'université de Georgetown et l'entreprise mondiale d'énergie ENGIE, vise à réduire la consommation énergétique de l'université d'au moins 35 % au cours des dix prochaines années.

L'accord, qui confie à ENGIE la gestion du système de services publics de Georgetown, s'appuiera sur l'expertise d'ENGIE pour améliorer l'exploitation et la maintenance des systèmes électriques, de chauffage et de refroidissement, ainsi que des systèmes d'eau domestique, afin de rendre le système beaucoup plus efficace.

Alors que les universités américaines cherchent des moyens plus écologiques et tentent de réduire leurs émissions de carbone et d'économiser de l'argent qui pourrait être mieux investi dans les cursus universitaires, la sous-traitance de l'infrastructure des services publics des écoles gagne rapidement du terrain.

Société Générale, qui a notamment joué le rôle de conseiller financier, d'agent de placement privé, de conseiller en notation et de lead dans le cadre de l'opération de Georgetown, a récemment travaillé sur une opération similaire durant laquelle elle a fourni un financement par emprunt à l'Université de l'Iowa, sponsorisée par ENGIE.

Max Battisti, qui dirige l'équipe américaine de financement d'infrastructures chez Société Générale à New York, a déclaré que ces types d'opérations ont beaucoup d'atouts car elles sont très logiques, tant sur le plan financier qu'environnemental. 

Il y a plusieurs bonnes raisons pour lesquelles les universités souhaitent confier la gestion de ces systèmes complexes aux meilleurs experts en énergie du monde.  Il s'agit clairement d'un accord gagnant-gagnant.

Georgetown, dont le campus principal est situé dans le quartier historique de Georgetown à Washington DC et couvre plus de 100 acres, abrite environ 60 bâtiments principaux et compte 19 000 étudiants et 6 200 employés, dont 2 200 professeurs.  Comme beaucoup d'établissements d'enseignement supérieur, Georgetown fonctionne comme une petite ville et doit consacrer des ressources humaines et financières considérables pour répondre à ses besoins en eau et en électricité.

En confiant à ENGIE la gestion de son réseau de distribution d'électricité, tout en conservant le contrôle des décisions relatives à l'amélioration des équipements, Georgetown pourra atteindre ses objectifs ambitieux en matière de développement durable et réduire ses émissions de gaz à effet de serre tout en améliorant son efficacité énergétique.  Cela permettra également - et ce n'est pas une mince affaire au vu des étés étouffants et des hivers froids de Washington - d'améliorer la régulation des températures dans les salles de classe pour les étudiants et les professeurs.

En outre, grâce à cet accord, l'université de Georgetown accélère considérablement ses progrès en matière d'alignement sur les objectifs de développement durable des Nations Unies, en intégrant la durabilité dans tous ses domaines d'activité.

Les contrats conclus entre l'Université de Georgetown et l'Université de l'Iowa avec ENGIE sont devenus des modèles pour les universités et autres organisations complexes qui souhaitent renforcer leurs efforts en matière de développement durable.

Max Battisti, de Société Générale, sait que c'est un modèle qui va gagner en popularité.  "Tous les participants aux accords universitaires sont sincèrement engagés dans la transition vers un monde neutre en carbone, par une réduction de la consommation d'énergie et des solutions plus respectueuses de l'environnement", a-t-il déclaré.  "Ces solutions énergétiques mises en place dans l'Iowa et à DC, et bien d'autres à venir, nous font tous avancer vers un avenir plus souhaitable."

Société Générale accompagne ses clients du secteur de l'énergie des infrastructures dans le monde entier au travers de leur propre transition énergétique et travaille avec tous les autres secteurs pour promouvoir des stratégies à carbone faible.